Sauter la navigation

Récits pro bono : Vivre nos valeurs

Récits pro bono
Récits pro bono
Notre partenariat avec CASA et PBO

En offrant de notre temps et de notre énergie, et en prêtant notre voix, nous pouvons créer des communautés plus fortes dans nos bureaux, mais également à l’extérieur de ceux-ci. Le présent article est le premier d’une série visant à illustrer le travail pro bono que les avocats de Blakes effectuent en partenariat avec des organismes communautaires et sans but lucratif.

Pro Bono Ontario : Ligne téléphonique de conseils juridiques gratuits

À un moment ou à un autre de notre vie, nous aurons sans doute tous besoin d’aide sur le plan juridique. Cependant, il n’est pas toujours évident de savoir comment s’y prendre et à qui s’adresser. Pour certains, cela peut même représenter une tâche insurmontable. En outre, de nombreuses personnes n’ont pas accès à l’aide juridique. Pro Bono Ontario (« PBO ») a pour but d’aider les personnes vulnérables et à faible revenu aux prises avec des problèmes juridiques courants. Cet organisme met en relation des avocats bénévoles avec des personnes et des organismes de bienfaisance qui n’ont pas les moyens de se payer des services juridiques, notamment pour des problèmes de tous les jours relevant du droit civil (à l’exception du droit de la famille), au moyen de la ligne téléphonique de conseils juridiques gratuits. Grâce à cette ligne téléphonique, les personnes et les organismes de bienfaisance ont droit à 30 minutes d’aide et de conseils juridiques gratuits pour des problèmes non couverts par Aide juridique Ontario. 

Blakes participe bénévolement à des projets de PBO depuis de nombreuses années et a offert ses services sur la ligne de conseils juridiques gratuits depuis le tout début de cette dernière.

PBO a à cœur de s’assurer que l’expérience offerte aux clients se déroule sans heurts. Selon Anna Abbot, associée au sein du groupe Travail et emploi de Blakes, la ligne téléphonique est un excellent programme, particulièrement en ce qui a trait à l’efficacité et à la continuité des services fournis aux clients. Anna a commencé à offrir ses services à PBO quand elle était étudiante d’été et n’a jamais cessé depuis. Elle explique que la ligne téléphonique se distingue par son système de prise en charge qui permet aux clients de bénéficier d’une continuité de services s’ils ont besoin de soutien additionnel après l’appel initial. Chaque fois que le client consulte un avocat, le dossier progresse et le dédoublement des interventions est donc évité. De plus, le client est dirigé vers un avocat qui possède l’expertise nécessaire et peut ainsi recevoir des conseils pragmatiques personnalisés.

Anna rappelle qu’il est essentiel que chacun ait accès à la justice et que Blakes a toujours été désireux de représenter ceux qui n’ont pas accès à des conseils juridiques d’experts. Les personnes qui n’ont pas à composer sur une base régulière avec le régime de droit civil peuvent avoir de la difficulté à s’y retrouver et Anna est heureuse de pouvoir conseiller ou guider une personne qui cherche à obtenir un redressement ou qui fait l’objet d’une réclamation. À ses yeux, il est très gratifiant de savoir qu’on a réussi à réduire l’anxiété d’une personne aux prises avec un problème juridique ou qui ne savait pas où trouver de l’aide. Parfois, il s’agit tout simplement de trouver le bon formulaire sur un site Web du gouvernement ou le bon numéro de téléphone qui permettra à une personne d’avoir accès à des services. Même un simple coup de pouce peut se révéler d’une grande utilité pour les clients de la ligne téléphonique. Notre associé administrateur national, Bryson Stokes, partage l’enthousiasme d’Anna. D’ailleurs, il siège actuellement au conseil d’administration de PBO.

Au cours de la dernière année, il a fallu adapter la ligne téléphonique afin d’offrir des services à distance plutôt qu’à partir du centre d’appel existant. La pandémie de COVID-19 a eu des répercussions majeures sur les personnes à faible revenu et les groupes marginalisés en Ontario, particulièrement au chapitre du logement et de l’emploi, et il fallait absolument que le service de ligne téléphonique soit maintenu.

CASA : Childhood Arrivals Support and Advocacy

Imaginez un instant que le futur et les rêves d’un enfant présentant un potentiel exceptionnel dépendent d’un bout de papier. C’est à cela que sont confrontés des milliers d’enfants qui vivent sans papiers au Canada et en Ontario, et c’est ce que Kaley Pulfer, experte-conseil de Blakes, a appris lorsqu’elle a commencé à participer au programme LAWS (Law in Action Within Schools) de Blakes.

Kaley voulait se joindre à un cabinet doté d’un solide programme pro bono et Blakes correspondait au type de cabinet qu’elle cherchait.Blakes collabore avec LAWS depuis 2005 afin de promouvoir l’accès à une carrière en droit auprès d’étudiants du secondaire confrontés à des obstacles personnels ou systémiques. LAWS offre des ateliers et du mentorat visant à aider les étudiants à développer des capacités de leadership et de participation citoyenne.

Kaley raconte qu’elle a rencontré des gens arrivés au Canada pendant leur enfance et qui ont grandi au pays. Ces enfants ont fréquenté l’école primaire et secondaire au Canada, se sont faits des amis, sont allés dans des camps d’été, ont pratiqué des sports ici – bref, ce sont pratiquement des enfants canadiens. Mais puisqu’ils n’ont pas les bons papiers, ils doivent s’inscrire à l’université en tant qu’étudiants étrangers. Les droits de scolarité sont donc considérablement plus élevés et, de plus, ils n’ont pas accès aux prêts. Par conséquent, explique Kaley, ils se retrouvent dans une position très vulnérable. Bien souvent, ils sont trop effrayés ou intimidés pour en parler avec leurs amis et encore plus pour tenter d’obtenir de l’aide juridique.

Grâce à son bénévolat, Kaley connaît maintenant les obstacles qui se dressent devant les personnes sans papiers, particulièrement lorsque celles-ci tentent de poursuivre des études supérieures.

En collaboration avec Sarah Pole, la directrice du programme LAWS à l’époque, Kaley a commencé à aider des étudiants à demander le statut de résident permanent. En 2020, Sarah a lancé le programme Childhood Arrivals Support and Advocacy, ou CASA, soit un programme d’aide destiné aux jeunes sans papiers, afin d’aider ces derniers à avoir accès à l’information, aux ressources et à l’aide juridique dont ils ont besoin. Blakes compte maintenant trois avocats qui donnent de leur temps à CASA.

Kaley souligne que « c’est vraiment la meilleure chose à faire. Non seulement parce que nous aidons des jeunes brillants, motivés et résilients à réaliser leur potentiel, mais aussi parce que nos communautés gagnent à compter ces jeunes parmi elles. »

Blakes agit en tant que conseiller juridique pro bono auprès de CASA.