Sauter la navigation

Afflux de capitaux de risque vers le secteur canadien des technologies agricoles

Afflux de capitaux de risque vers le secteur canadien des technologies agricoles
19 septembre 2022

La technologie et l’innovation sont en train de transformer l’un des secteurs les plus traditionnels au Canada, et les investisseurs en capital de risque manifestent à l’égard de celui-ci un appétit qui semble insatiable.

Alors que le marché du capital de risque (« CR ») dans son ensemble fait l’objet d’une correction qui reflète la volatilité actuelle des marchés boursiers et l’incertitude dans laquelle est plongée l’économie mondiale, le secteur des technologies agricoles pourrait bien avoir résisté à cette tendance. Selon PitchBook, le volume des opérations canadiennes dans cet espace a triplé entre 2020 et 2021, tandis que les premières indications pour 2022 suggèrent que leur nombre pourrait doubler par rapport à celui de 2021 d’ici la fin de l’année. Il est toutefois possible que le ralentissement du marché se répercute sur le volume des opérations. Quoi qu’il en soit, le secteur des technologies agricoles suscite, et devrait continuer de susciter, beaucoup d’intérêt auprès du marché du CR. Nous analysons ci-dessous les raisons de cet engouement et ce que celui-ci signifie pour les investisseurs.

LES TECHNOLOGIES AGRICOLES SE GÉNÉRALISENT 

Depuis quelques années, les sociétés axées sur les substituts de protéines végétales, comme Impossible Foods et Beyond Meat – deux entreprises soutenues par le CR – sont bien connues à travers le pays, ce qui favorise l’essor de l’ensemble du secteur des technologies alimentaires, y compris le secteur des technologies agricoles qui en fait partie.

Les nouvelles technologies comportent des risques qui leur sont inhérents et les investisseurs de CR sont conscients que la grande majorité de leurs investissements ne porteront pas leurs fruits. Au sein de ce marché, le succès est possible dans la mesure où les investisseurs réussissent à frapper quelques coups de circuit grâce à des sociétés de portefeuille qui leur procurent un rendement correspondant à 10 fois (et même plus) leur investissement initial.

Toutefois, des rendements de cette ampleur ne sont possibles qu’avec des sociétés axées sur une large partie du marché. En outre, les technologies agricoles sont loin de se limiter aux substituts de protéines végétales, et l’enthousiasme des consommateurs comme le succès démontré par ces jeunes entreprises ont profité à l’ensemble de ce secteur en signalant à quel point le marché est vaste et le potentiel d’engouement pour les nouveaux produits est important. D’après notre expérience, les entreprises exerçant des activités dans des domaines connexes, comme l’agriculture de précision et la technologie des semences, sont maintenant plus à même d’intéresser les fonds de CR classiques et les investisseurs stratégiques d’entreprises qui cherchent à consolider leur présence au sein du secteur agricole de l’avenir.

Cela dit, la transformation d’un intérêt marqué en un investissement concret n’est pas toujours assurée. Dans l’ensemble du secteur, la prudence est de mise au moment d’évaluer les sociétés et d’examiner en profondeur les résultats.

LE CANADA REPRÉSENTE UN TERREAU FERTILE POUR LES ENTREPRISES EN DÉMARRAGE DU SECTEUR DES TECHNOLOGIES AGRICOLES.

Depuis plus d’une centaine d’années, l’agriculture est l’un des piliers de l’économie canadienne et tout indique qu’elle continuera de l’être grâce à la vigueur du marché du CR, lequel est en mesure d’aider la prochaine génération d’entrepreneurs agricoles à prospérer, quel que soit l’endroit où ceux-ci exercent leurs activités au pays. L’un des défis persistants avec lesquels le secteur doit de plus en plus composer consiste à s’assurer que le marché est davantage interconnecté d’un bout à l’autre du pays.

Le secteur a également aidé le Canada à profiter du potentiel existant ailleurs que dans les trois provinces les plus populeuses, comme en témoigne le développement d’une infrastructure de CR émergeant dans les régions de l’Ouest où se retrouve l’essentiel des activités agricoles.

Par exemple, la prolifération des accélérateurs et des incubateurs, comme Startup Edmonton et Platform Calgary, a contribué à faire de l’Alberta une force d’attraction pour les talents en technologies agricoles, offrant aux fondateurs et à leurs activités bourgeonnantes les réseaux de soutien dont ils ont besoin aux premiers stades de leur développement. Par ailleurs, lorsque le gouvernement fédéral a lancé en 2018 son Initiative des Supergrappes d’innovation, inspirée par la Silicon Valley, il s’est engagé à fournir un financement de plus de 170 M$ CA en fonds fédéraux à la supergrappe saskatchewanaise Protein Industries Canada, chaque dollar versé par le gouvernement devant aussi faire l’objet d’une contrepartie équivalente de la part du secteur privé.

La supergrappe sert de point central aux établissements d’enseignement, aux organismes sans but lucratif et aux sociétés de toute taille exerçant des activités de recherche sur les protéines végétales, tandis qu’un certain nombre des programmes incitatifs du gouvernement de la province s’adressent aux entreprises du secteur des technologies agricoles. 

VIEUX PROBLÈMES, NOUVELLES POSSIBILITÉS

Alors que les changements climatiques et les perturbations touchant les chaînes d’approvisionnement, exacerbées par la pandémie de Covid et la guerre de la Russie en Ukraine, causent au secteur agricole certains de leurs plus graves problèmes des dernières années, les développeurs de technologies agricoles attirent les investissements en se positionnant comme faisant partie de la solution à ces problèmes.

Au fur et à mesure que le monde se préoccupe des questions environnementales, le secteur agricole se retrouve souvent dans la ligne de mire des activistes du climat. Le gouvernement du Canada estime d’ailleurs qu’il est possible d’associer jusqu’à 10 % du total des émissions de gaz à effet de serre du pays à la production agricole et animale.

Toutefois, du fait que les sociétés de technologies agricoles participent au développement de protéines de remplacement, de l’agriculture régénératrice et du captage du carbone, elles sont bien placées pour jouer un rôle important dans la réduction de l’empreinte carbone du secteur et dans la lutte plus générale contre les changements climatiques.

Entre-temps, les techniques agricoles de pointe faisant appel à l’intelligence artificielle et à l’analyse de mégadonnées promettent de s’attaquer aux pénuries locales et de favoriser les exportations alimentaires en maximisant l’efficience et le rendement des cultures.

SAVOIR RECONNAÎTRE LES MEILLEURS OCCASIONS

L’effervescence au sein du marché des technologies agricoles n’aide en rien les fonds de CR et les stratèges des entreprises à distinguer les investissements les plus prometteurs qu’ils recherchent. Comment ceux-ci peuvent-ils se protéger lorsqu’ils cherchent des partenaires aux premiers stades de leur développement? Voici nos trois meilleurs conseils :

  • Examinez le leadership : les fondateurs devraient démontrer non seulement qu’ils ont l’expertise et la formation nécessaires au soutien de la croissance de leur entreprise, mais qu’ils ont aussi la détermination et la personnalité leur permettant de composer avec les éreintants hauts et bas associés au démarrage d’une entreprise.

  • Faites appel à des experts du secteur : Comparativement à d’autres secteurs dans lesquels les entreprises en démarrage se déploient, le secteur des technologies agricoles exige de ces entreprises qu’elles aient de solides connaissances scientifiques, notamment dans le domaine des sciences de la vie. Bien souvent, ces entreprises font face à des dilemmes techniques complexes qui ne peuvent être résolus qu’en faisant appel à des recherches scientifiques intensives. Par conséquent, les investisseurs ne peuvent pas se fier uniquement à leur intuition. Ils doivent être en mesure de puiser dans un vaste bassin de données de pointe portant sur le secteur d’activités de l’entreprise qu’ils convoitent.

  • Obtenez des conseils juridiques : Idéalement, vous devriez solliciter des conseils juridiques auprès d’un cabinet offrant des services juridiques complets, en mesure de s’occuper de tous les aspects juridiques propres au secteur de l’agroalimentaire et des produits alimentaires et ayant une vaste expérience en matière de financement par CR.

Pour en savoir davantage, communiquez avec :

Marko Trivun                  +1-416-863-3185
Milomir Strbac                +1-416-863-3158

ou un autre membre de nos groupes Entreprises émergentes et capital de risque et Agroalimentaire et produits alimentaires et embouteillés.